Après la séparation…

rupture

Cela fait maintenant 1 an et demi que je suis séparée de Papa Titi et Nana et je voulais partager avec vous mon expérience de l’après séparation. Des pleurs, de la souffrance il y en eu beaucoup ces derniers 18 mois, bien que pour moi, la rupture était inévitable je dois avouer que je ne la voyais pas venir aussi rapidement et brutalement, en effet Nana n’avait que 3 semaines quand j’ai pris la décision de me séparer de Monsieur Papa.

C’était une décision très difficile à prendre car Nana venait de naître et surtout cela c’est fait tellement rapidement que je n’ai pas vraiment eu le temps de prévoir la vie sans le papa. Aujourd’hui je suis persuadée d’avoir pris la bonne décision et ne regrette absolument rien car je me trouvais dans une situation qui a terme allait être néfaste pour moi et mes filles mais honnêtement je ne revivrais pour rien au monde l’année qui a suivie cette rupture ce fut une période vraiment trop douloureuse.

A la suite de cette séparation il a fallut gérer plusieurs choses et le plus important a été de s’occuper des enfants, comment nous organiser pour que Papa puisse voir les enfants et surtout expliquer a Titi cette nouvelle situation, elle qui était la fille a son papa du jour au lendemain ne le voyait plus du tout cela a été (et c’est toujours) une période très difficile à gérer.

Pour ce qui est des visites du papa nous sommes passés devant le juge aux affaires familiales pour décider de cela, en effet notre rupture a été très violente et beaucoup de choses on été dites notamment des menaces d’enlèvement, je me voyais mal laisser mes enfants partir avec leur papa. la première année il ne les a donc vu que sporadiquement car pour les voir, il fallait qu’il vienne chez moi et qu’il y reste avec moi et les enfants, vous conviendrais que ce fut une situation très délicate pour moi de rester enfermer dans un petit appartement avec quelqu’un que l’on déteste  n’apprécie pas forcément.

Ensuite il a fallut aussi gérer la famille, quand on vient d’une grande famille comme la mienne il faut savoir que la séparation est très très mal vue, surtout si c’est la femme qui le décide. j’ai donc eu droit a tout un tas de réflexions très difficiles a encaisser.

« Avec ton handicap je pensais que Monsieur Papa allait être ta canne, comment tu va faire maintenant ? »

« Si tu agit comme ça tu ne restera jamais avec un homme »

« Il y a des tas d’enfants qui rêveraient de vivre avec leurs deux parents, là c’est toi qui prends la décision de partir, tes filles t’en voudront toute leur vie »

Voici un petit aperçu de ce que j’ai du supporter, j’ai donc beaucoup pleuré, cherché à me justifier, je me suis sentie obligée de dévoiler des détails sur mon couple que je cachais avant afin que ma famille comprenne ma souffrance et tout ça a vraiment été épuisant pour moi.

J’ai eu beaucoup de mal à envisager un avenir, toute seule avec 2 enfants en très bas âge 3 semaines et 18 mois franchement je dois avouer que j’ai souvent eu envie de baisser les bras et de tout abandonner. 

Cette première année je vivais vraiment au jour le jour en me félicitant chaque soir d’avoir réussi à supporter une journée de plus.

Le 6 mars 2015 est venu le jour du passage devant le juge au affaires familial, jour que j’attendais avec impatience et avec énormément de stress, Monsieur Papa est venu avec des membres de sa famille qui sont tout de suite venu m’entourer (surement pour me mettre de la pression) et là le juge à décidé ceci :

Les enfants verrons leur père tout les week-end (une fois le samedi une fois le dimanche) assortie d’une interdiction de sortie du territoire pour les deux enfants. Sur le coup je dois avouer que j’étais dégoutés devoir voir Monsieur toutes les semaines et surtout moi bloquée toutes les semaines aucune possibilité de partir car c’est toutes les semaines qu’il doit prendre les enfants pffff.

Ensuite le jugement m’a permit de commencer à ressentir un certain apaisement maintenant qu’on était passé devant le juge, les choses étaient actées, écrites, je l’ai un peu ressenti comme une officialisation de notre séparation cela m’a rendu beaucoup plus sereine. 

Evidemment tout n’est pas devenu calme et joyeux du jour au lendemain, les débuts ont été assez difficiles surtout parce que le papa ne respectait absolument pas les horaires, il y a eu aussi des retours de visites difficile le papa qui met un tas de choses dans la tête des enfants. Au début j’étais vraiment souvent sur les nerfs et Monsieur Papa et moi nous disputions encore souvent. Ce fut comme cela jusqu’au jour ou j’ai eu la chance de tomber sur un livre qui a eu un énorme impact sur ma vie. 

Ce livre c’est Le manuel de manipulation de Gilles Azzopardi Oui je sais le titre est assez racoleur mais honnêtement ce n’est pas le coté « manipulation » qui m’a aider c’est surtout tout un tas de principe de vie décrit dans ce livre qui m’on aidés à lâcher prise, qui m’ont permit de prendre conscience que bien que « oui je suis la gentil, il est le méchant » « oui il mérite souffrir et moi d’être heureuse » « oui je veux que tout le monde le voit comme un homme mauvais qui m’a fait du mal », on ne peux pas mener toutes les guerres, et surtout je ne peux pas consacrer mon temps a convaincre tout le monde que c’est moi qui est raison car je dois consacrer ce temps à être heureuse, je dois consacrer ce temps pour MOI.

J’ai aussi pris conscience que mes enfants m’avaient vu bien trop souvent triste et qu’il était temps qu’elles profitent d’une maman épanouie et joyeuse.

Aujourd’hui c’est ce que je fais, j’ai totalement digérée ma séparation et bien que tout n’est pas tout rose avec le papa, je suis tellement détachée que plus rien de ce qui le concerne ne m’atteint, je suis beaucoup plus cool sur tout maintenant il voit ses enfants dans une configuration classique (1 week-end sur 2) car je met surtout en avant mon bonheur et le fait que oui j’ai besoin de temps rien qu’à moi sans mes enfants. Je me suis aussi détachée du sentiment de culpabilité que j’avais à chaque fois que j’envoyais mes enfants chez leur père car oui il me faut du temps à moi pour être heureuse, pour retrouver une vie sociale que j’avais perdu pendant notre relation et pour retrouver le sourire.

J’ai vraiment compris que le meilleur moyen de rendre mes enfants heureux, c’est d’être heureuse moi même.

Voilà je voulais partager cette expérience avec vous car honnêtement il y a 1 an, je n’aurais jamais cru pouvoir dire de telles choses et je sais que lors d’une séparation (surtout quand il y des enfants) on pense souvent ne pas réussir à rebondir. Je voulais juste vous dire que le temps apaise tout et soyez heureuse c’est le meilleur remède anti-crise, la meilleure vengeance et le plus beau cadeau que vous puissiez faire à vos enfants.